contact us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right.

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

new BANDEAU CLUB R.jpg

CLUBS R

vendredi 13 janvier 2017 / 20h30

la  fabrique de la ville, entre architecture et scenographie

Club "La fabrique de la ville, entre architecture et scénographie"

Club "La fabrique de la ville, entre architecture et scénographie"

En partenariat avec le Master 2 Politique et Gestion de la Culture – Sciences Po Strasbourg et l’association Apogée. En complicité avec le Café Conversatoire de L'Ososphère 

Quelles sont les relations et tensions entre architecture et scénographie ? Ces deux pratiques partagent une question commune, celle de définir un espace. A quel endroit se décalent la pensée de l'architecte et celle du scénographe ? La nature de ces décalages (dans le rapport au temps, à l'environnement ou à la fiction) résonne-t-elle avec des pratiques d'artistes impliqués dans l'aménagement urbain ou interrogeant l'appropriation de la Ville ?

En écho au spectacle Archivolte de David Séchaud, ce rendez-vous fédérant architectes et artistes viendra nourrir une réflexion commune. 

Avec la participation de François Duconseille (scénographe), Mickaël Tanguy (architecte DPLG) et Grégoire Zabé (artiste membre du collectif Horizome)

 
 

CLUB DU SAMEDI 23 JANVIER 2016

L'ENFANCE, LA REPRéSENTATION DU MONDE ET LE PROCESSUS DE CRéation

À 11H / AU TJP GRANDE SCENE / ENTREE LIBRE

EN PARTENARIAT AVEC L’IEP DE STRASBOURG / MASTER 2 POLITIQUE ET GESTION DE LA CULTURE, L'ASSOCIATION APOGEE CULTURE, ET AVEC LE SOUTIEN DU CROUS STRASBOURG

 

FEDERANT ARTISTES ET PROFESSIONNELS, CE RENDEZ-VOUS VIENDRA NOURRIR UNE REFLEXION COMMUNE. COMMENT L'ENFANT SE REPRÉSENTE-T-IL LE MONDE ? COMMENT INVESTIT-IL L'EXPÉRIENCE DE L'ART ? COMMENT L'ARTISTE CONVOQUE-T-IL L'ENFANCE DANS SON PROPRE PROCESSUS CRÉATIF ? TÉMOIGNAGES, POINTS DE VUE, ET EXPÉRIENCES DONNERONT MATIÈRE À UN TEMPS D'ÉCHANGE COLLECTIF. 

AVEC LA PARTICIPATION DE JORIS MATHIEU, DIRECTEUR DU THÉÂTRE NOUVELLE GÉNÉRATION - CDN DE LYON, D'ÈVE LEDIG, COMPAGNIE LE FIL ROUGE THÉÂTRE ET D'ALICE LALOY, COMPAGNIE S'APPELLE REVIENS

 

Petite bibliographie

BEN SOUSSAN Patrick, MOUSSAN Pascale, Les bébés vont au théâtre, Editions Eres, 2007

L'ASSITEJ France, PIGNOT Lisa (dir.), Les enfants, les jeunes et l'art : perspectives internationales, L'Observatoire des Politiques Culturelles, n°46, automne 2015

PIAGET Jean, La représentation du monde chez l'enfant, PUF, 2013 (réédition) 


CLUB R du samedi 21 mars 2015

TEMPS ET TRAVAIL : QUELLES ARTICULATIONS ?

À 11H / AU SHADOK / PRESQU’ÎLE ANDRÉ MALRAUX STRASBOURG / TOUT PUBLIC

EN PARTENARIAT AVEC L’IEP DE STRASBOURG / MASTER 2 POLITIQUE ET GESTION DE LA CULTURE ET L'ASSOCIATION APOGEE CULTURE.

apogée-culture.jpg

Comment concilier les différentes temporalités du travail au sein d’une structure culturelle et artistique ? Autour d’un plateau de jeu, ce Club vous invite à engager une réflexion sur le rapport au temps dans notre société, notamment dans le champ professionnel de la culture.

Ces entretiens prealables ont ete Realisés par Emilie JOKIEL, Alice rouffineau, Bertille SINDOU-FAURIE et LaurE Gicquel, etudiantEs du master 2 Politique et gestion de la culture.


• Jérémy Sinigaglia, sociologue, sortait en 2015 (avec Sabrina Sinigaglia-Amadio), un rapport pour le DEPS sur « Les temporalités du travail artistique. Le cas des musicienne-s et des plasticien-ne-s ».

Nous avons donc orienté les questions après la lecture de ce rapport et d’autres lectures de sociologues qu’il nous avait conseillé à ce sujet.

1) Avec le développement du capitalisme, on a assisté à l'émergence d’une conception utilitaire du temps (« le temps c'est de l'argent » : le temps de loisir est du temps gaspillé). Vous affirmez d'ailleurs, paradoxalement, que ceux qui ont beaucoup de temps libre (à l'exemple des chômeurs) l'utilisent moins à des fin de loisirs que ceux qui travaillent beaucoup, pourriez-vous expliquer les raisons de ce paradoxe ?

2) Quelles sont les conséquences, pour les artistes, de la continuité des temps et de la diminution de cette segmentation entre les temps consacrés au travail, aux loisirs, à la vie personnelle ? Cela a-t-il un impact sur le processus de création artistique ? 

3) Comment expliquez-vous le constat de la « satisfaction » des considérations temporelles chez les artistes en fonction de leur évolution dans leur carrière ?

• Stéphane Bossuet, 
dirEcteur de La Coopé-rative d’Activité et d’Emploi Artenréel à Strasbourg, a pu apporter un angle de vue économique sur la considération du temps

et a pu expliquer les changements que pouvaient opérer le modeler de la coopérative sur la perception et la gestion du temps des entrepreneurs-salariés. Avec son aide et nos recherches, voici les questions qui ont été formulées lors de l’entretien :

1) De quelle manière un artiste peut-il opérer ce choix de rejoindre une coopérative d’activité d’emploi telle que Art’En Réel ? Qu’est-ce que cela lui apporte ?

2) Face à ces discontinuités des temps de travail, quelles pourraient être les principales distinctions à faire avec un travailleur qui aurait opté pour le régime de l’intermittence ?

3) Artenréel permet de « lisser » les revenus des entrepreneurs-salariés de la coopérative en fonction de leur volume horaire de travail. Ce qui permet à l’entrepreneur-salarié de choisir librement son volume horaire de travail tout en ayant un revenu régulier. Quels changements dans le rapport au temps de travail ce dispositif provoque-t-il, un nombre d’heures minimum de travail au sein de la coopérative est-il nécessaire ?

4) En guise de conclusion, qu’est-ce la coopérative d’activité d’emploi peut apporter au entrepreneur du secteur culturel sur le choix de la gestion de leurs temps ?

• Pierre-Yves Le Pogam, conservateur en chef du Département des Sculptures du Musée du Louvre, commissaire de l'exposition « Le temps à l'oeuvre » présentée au Louvre-Lens en 2012, nous a rencontré une première fois le 31 décembre 2014 à Paris.

Il a tout de suite été évident que sa contribution serait une mise en perspective historique de la perception du temps par l’homme. Nous l’avons rencontré une seconde fois, le 7 février 2015 pour la captation de l’entretien. Voici les questions que nous lui avons posées :

1) Pourriez-vous nous expliquer ce que représente le temps mythique ?

2) Partant du postulat que le calendrier est un outil de pouvoir, pourriez-vous nous en expliquer le corollaire ? En d'autres termes, pourquoi le calendrier a-t-il un rôle politique ?

3) Pour revenir à des conceptions plus contemporaines de la mesure du temps et de sa maitrise par l'Homme, le début de l'industrialisation en Europe a fait émerger de nouvelles techniques pour mesurer le temps de manière plus précise et juste. Suite à cela, le travail industriel ouvrier s'est fortement développé et la maxime « le temps, c'est de l'argent » s'est répandue. Pourriez-vous décrire l'évolution qui a amené à considérer que le travail équivaut à une valeur intrinsèque du temps ?