contact us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right.

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

ANDRE POMARAT : UN PIONNIER DE LA DECENTRALISATION

ANDRE POMARAT :
UN PIONNIER DE LA DECENTRALISATION

Héritier de la décentralisation théâtrale, André Pomarat revendique une triple filiation : celle d’André Clavé (directeur du Centre Dramatique de l’Est de 1947 à 1951), celle de Michel Saint-Denis (fondateur en 1954 de l’École Supérieure d’Art Dramatique de Strasbourg dont il fut l’élève) et celle d’Hubert Gignoux (directeur du Centre Dramatique de l’Est de 1957 à 1971) qui l’engage dans la troupe permanente de ce qui deviendra en 1968 le Théâtre National de Strasbourg.

 Inspiré par ces trois modèles et fort de sa notoriété de comédien et de professeur au TNS, André Pomarat s’engage à partir de 1974 dans une nouvelle aventure strasbourgeoise, la Maison des Arts et Loisirs, aidé par une équipe soudée et militante. La Compagnie du Théâtre Jeune Public naît en 1982 : la MAL devient alors MAL/TJP, Centre Régional du Théâtre Jeune Public, avant d’achever en 1991 sa mue avec la création du 6e Centre Dramatique National pour l’Enfance et la Jeunesse, dirigé par Pomarat jusqu’en 1997.

 Durant ces années d’intense activité, André Pomarat, venu au théâtre par amour du verbe, doit limiter ses engagements d’acteur. Mais il participe à des projets qui lui tiennent à cœur, dont en 1985 La Légende des siècles d’après Victor Hugo qui, mise en scène par François Lazaro, reçoit trois prix au Festival Off d’Avignon.

 Jeune, André Pomarat rêvait de devenir architecte. Homme d’une seule construction, mais qu’il a su faire grandir jusqu’à ce qu’elle devienne une institution de premier plan, il a tout à la fois arpenté les routes d’Alsace avec une programmation décentralisée et quelquefois bilingue, fait tourner ses productions à travers la France et l’Europe, et ouvert son théâtre aux artistes internationaux.

 Conscient de la position stratégique de Strasbourg, André Pomarat rêve, dès 1987, à un label de Centre Dramatique Européen pour l’Enfance et la Jeunesse.

  Aujourd’hui que l’ouverture internationale est une composante incontournable du paysage artistique, le TJP a toujours plus à cœur de multiplier les partenariats avec les artistes et les institutions européennes.

«Après la réussite du mois d’animation de la Petite France, André Pomarat prépare la rentrée de la Maison des arts et loisirs», par F. BI, Article de presse tiré du journal Les Dernières Nouvelles d’Alsace (mardi 9 juillet 1974). 47x30,5cm. Archives personnelles d’André POMARAT, Strasbourg.

« Fidèle à la décentralisation» par Jean-­Louis PRADELLE, Article de presse tiré du journal Dauphiné libéré (11 août 1990). 21x29,7 cm. Archives du TJP, Strasbourg.

Notice biographique manuscrite d’André POMARAT (non datée) [20 feuillets manuscrits], 9x14,3 cm, Archives personnelles d’André POMARAT, Strasbourg.

Equipe de création de La Légende des siècles (1985). Photographie couleur, 9 x 13,2 cm. Droits réservés. Archives du TJP, Strasbourg.

Photos-­portraits d’André POMARAT à la Petite Scène (1991). Planche contact, 24x18cm. Droits réservés. Archives du TJP, Strasbourg.